Selon un nouveau rapport de l’OCDE Equity in Education: Breaking down barriers to social mobility. l’écart de résultats scolaires entre les enfants de milieu aisé et ceux de familles modestes est visible dès l’âge de dix ans et se creuse tout au long de la vie.

Le rapport met en évidence un lien étroit entre le profil socioéconomique de l’établissement scolaire et les résultats des élèves : ceux qui fréquentent des écoles plus avantagées réussissent mieux les épreuves PISA. En moyenne dans les pays de l’OCDE, 48 % des élèves désavantagés fréquentaient des établissements au profil socioéconomique également désavantagés en 2015 et il n’y a pas eu d’évolution notable des niveaux de ségrégation dans la plupart des pays au cours des dix dernières années.

En moyenne dans les pays membres, les élèves issus de milieu défavorisé qui fréquentent des établissements privilégiés obtiennent 78 points de plus que ceux qui fréquentent des établissements désavantagés, soit l’équivalent de près de trois années scolaires.

C’est en Belgique, en Bulgarie, en France, en Hongrie, aux Pays-Bas, en République slovaque et en Slovénie que la corrélation entre le profil socioéconomique de l’établissement et les résultats scolaires est la plus forte : les élèves qui fréquentent des établissements privilégiés obtiennent plus de 130 points de plus en sciences que ceux des établissements défavorisés. En revanche, en Finlande, en Norvège et en Pologne, les élèves obtiennent de bons résultats, quel que soit leur milieu d’origine et le profil de l’établissement qu’ils fréquentent.

« En France, le lien entre milieu social et performance est parmi l’un des plus élevé des pays de l’OCDE. Lors de l’évaluation PISA 2015, environ 20% de la variation de la performance en sciences des élèves en France est associée à des différences de statut socio-économique (13% en moyenne dans les pays de l’OCDE, et 8% en Norvège et en Estonie, qui ont par ailleurs des performances moyennes au-dessus de celle des pays de l’OCDE).

Environ 50% des élèves défavorisés en France sont scolarisés dan des écoles au profil socioéconomique également défavorisé. Cette proportion est légèrement supérieure à la moyennedes pays de l’OCDE, qui est de 48%.

Les conséquences d’être scolarisé dans des établissements défavorisés est particulièrement dommageable pour les élèves défavorisés en France. Les élèves défavorisés qui sont scolarisés dans des écoles dont le profil socioéconomique moyen des élèves est plutôt favorisé ont une performance moyenne supérieure de 134 points à ceux qui sont dans des écoles défavorisées. »
En France, les adultes dont les parents sont diplômés de l’enseignement supérieur ont 14 fois plus de chance d’être également diplômés de l’enseignement supérieur que ceux issus de parents avec un niveau d’éducation moins élevé. »

admin-MyFAPEG

secrétaire FAPEG

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils