Le rapport Cap 22 qui doit permettre à l’État de faire une révision générale des politiques publiques et de dégager des économies a été dévoilé.

Tout un chapitre est consacré à l’Ecole. Sous prétexte de « réduire les inégalités », le rapport ne traite en fait que la gestion des enseignants, comme s’ils étaient à l’origine du problème.

La rénovation de notre système éducatif doit permettre d’améliorer les résultats des élèves, en mettant un accent fort sur la réduction des inégalités. Notre objectif, au-delà des résultats, est de restaurer la confiance des parents dans le système éducatif français et de répondre de manière plus adaptée aux besoins des territoires.

Objectifs :Le rapport invite à « responsabiliser davantage les chefs d’établissement notamment en leur donnant plus de marges de manœuvre pour constituer leur équipe pédagogique ». Il leur promet « un déroulement de carrière plus attractif afin qu’ils jouent pleinement leur rôle de manager ».

La principale réforme consiste à créer un nouveau corps d’enseignants. L’objectif est « d’augmenter le temps d’enseignement des enseignants du secondaire actuels avec un recours à deux heures supplémentaires, ce qui conduira à améliorer leurs rémunérations, et créer pour cela un nouveau corps d’enseignants qui pourrait se substituer progressivement à celui de professeur certifié. Pour ce nouveau corps, que les enseignants pourraient rejoindre sur la base du volontariat, le temps d’enseignement serait supérieur à celui des professeurs certifiés mais la rémunération serait également supérieure… Ce corps serait soumis à des obligations supplémentaires (bivalence, annualisation d’une partie du temps d’enseignement, obligation de remplacement dans l’intérêt du service) qui offriraient plus de souplesse aux chefs d’établissement »

5 jours en plus dans les obligations de service

Il envisage une réforme de la formation des enseignants avec une formation initiale de deux ans à partir de L3 et des pré-recrutements étudiants.

La formation continue « doit elle aussi être repensée, en rendant certaines formations obligatoires, en laissant le choix aux enseignants pour les autres et en effectuant les formations en dehors des heures de cours tout en les valorisant pour que les enseignants qui s’y rendent… La proposition est donc d’intégrer un temps réservé à la formation, de 3 à 5 jours, pleinement intégrée aux obligations réglementaires de service ».

Pourtant les rapporteurs semblent avoir trouvé la solution aux congés de formation : « Le numérique constitue une solution temporaire pour assurer des formations de remplacement en cas d’absence d’un enseignant », dit le rapport. C’est simple…

Le rapport annonce aussi la réforme territoriale qui se met en place. Il veut « faire de l’académie l’échelon de décision stratégique pour la mise en oeuvre de la politique éducative. Par ailleurs, le périmètre des académies serait revu pour se rapprocher de la carte des services de l’Etat sur le format des nouvelles régions ».

Cap 22_Proposition 8

Catégories : RapportRéforme

admin-MyFAPEG

secrétaire FAPEG

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils